16. juil., 2018

Les intolérances

Les intolérants ou hyper sensible

 

Personnes intolérantes à certains aliments augmente de façon stupéfiante. Peut-être êtes-vous vous-même touché, sans le savoir !

 

Le problème est qu’elle est moins connue et beaucoup plus difficile à détecter, car les symptômes peuvent apparaître longtemps après avoir avalé l’aliment non toléré (jusqu’à 3 jours plus tard !).

 

Le plus dramatique que le nombre de personnes intolérantes à certains aliments augmente de façon stupéfiante. Peut-être êtes-vous vous-même touché, sans le savoir !

 

Vos migraines, vos problèmes de peau, votre fatigue chronique, vos infections ORL à répétition, vos troubles digestifs… Tout ceci pourrait être dû à des aliments qui ne vous conviennent pas… et qu’il suffirait de ne plus avaler pour aller mieux !

 

Intolérant aux œufs, à la tomate et au saumon, aux sucres, aux beurres, aux laits et aux farines….

 

Il y a simplement un « mystère » à élucider : si les intolérances ne sont pas un « effet de mode », comment se fait-il qu’elles soient aussi fréquentes aujourd’hui, alors qu’elles étaient rares il y a 50 ans ?

 

La raison est en réalité très simple à comprendre.

 

Une attaque sans précédent contre notre flore intestinale :

 

Voici quelques éléments de notre mode de vie qui ont radicalement changé en 50 ans :

La consommation d’antibiotiques, les accouchements par césarienne… et l’absence d’allaitement de l’enfant,

 

la consommation d’anti-inflammatoires (ibuprofen, etc.) ou d’aspirine, l’explosion des toxiques et polluants du quotidien (pesticides, Bisphenol A, etc.) ,la consommation de blé moderne, beaucoup plus riche en gluten que le blé ancien, dans le pain, les pâtes ou les biscuits, l’ingestion exponentielle de sucre et de fructose ajouté, ainsi que d’additifs alimentaires chimiques, sans oublier l’épidémie de stress chronique.

 

Ils ont tous la particularité de dégrader très sévèrement l’état de votre flore intestinale, d’agresser la paroi de votre intestin, voire de modifier votre réponse immunitaire… ce qui fait le lit des allergies classiques… et des intolérances alimentaires !

 

Par exemple, les chercheurs de l’INRA ont montré en 2014 qu’il suffisait d’être exposé au bisphénol A (BPA) pendant la grossesse et l’allaitement pour développer une intolérance alimentaire à l’âge adulte, en l’occurrence à l’ovalbumine (protéine du blanc d’œuf) ! [2]

 

Inutile de vous dire qu’il n’y avait pas de bisphénol A dans les biberons des années 1950 !

 

les intolérances alimentaires proviennent de l’interaction de trois phénomènes « irritants » pour votre intestin :

 

-          Un déséquilibre de la flore intestinale (dysbiose) – notamment provoqué par des antibiotiques à répétition, un excès de sucre ou… de stress ;

 

-          Un intestin « troué », perméable – notamment sous l’influence des protéines du gluten, qui agressent la paroi intestinale ;

 

-          Et une inflammation chronique de l’intestin, aggravée par l’ingestion d’irritants : toxines chimiques ou… aliments qu’on ne tolère plus.

 

Résultat : votre intestin laisse passer dans sa muqueuse certaines protéines non digérées (qui n’ont rien à faire là !), ce qui provoque une réponse exagérée de votre système immunitaire,

 

Et voilà comment des aliments banals peuvent déclencher une intolérance (ou « hypersensibilité ») qui suscite de nombreux symptômes désagréables.

 

Le premier « traitement » pour calmer ce cercle vicieux est simple et gratuit : exclure les aliments qui posent problème !

 

Et la meilleure preuve que cela fonctionne, ce sont les résultats très prometteurs obtenus par les patients lorsqu’ils modifient leur régime en fonction des résultats de tests de dépistage d’intolérance alimentaire.

 

Ce qu’il faut essayer avant de faire des tests !

 

À mon avis, observer les réactions de votre organisme après vos repas….

 Mais je vous propose : tout le monde devrait essayer un régime « sans lait et sans gluten » pendant plusieurs semaines, et observer les réactions sur son organisme.

Non seulement parce que ce sont les aliments qui suscitent les plus grandes d’intolérances…

 

Mais si ceux-ci ne suffissent pas, ne vous arrêtez pas là. Réduisez également tous les autres aliments qui fragilisent votre flore intestinale : le sucre, le fructose ajouté, ainsi que les produits industriels riches en additifs chimiques.

 

Tout vient de nos intestins

 

Et n’oubliez pas de stimuler les bonnes bactéries de votre microbiote en ingérant plus de légumes, ainsi que des aliments fermentés (probiotiques).

 

J’espère que tout ceci pourra vous aider, mais vous devez savoir que je n’ai fait qu’effleurer ce sujet passionnant mais complexe

 

Si vous avez connu une amélioration de santé spectaculaire grâce à l’exclusion de certains aliments, j’aimerais vraiment que vous partagiez votre histoire sur cette page.

 extrait de : Santé corps esprit 

bonne journée Maryse votre coach santé naturelle