16. sept., 2014

le Millepertuis

Avant de savoir chasser, pêcher, cultiver, l’homme s’est contenté de cueillir et de ramasser. Le règne végétal lui a fourni ses premiers aliments mais aussi ses premiers remèdes sélectionnés empiriquement. Il y a plus de 5000 ans que l’on a recours aux vertus des plantes.

 

A l’heure des voyages sur la Lune, l’étude des plantes, de leurs propriétés et utilisations représente une part important des études de pharmacie.  900 plantes sont inscrites au Codex tandis que plus de 7000 principes actifs d’origine végétale sont utilisées par l’industrie pharmaceutique.

 

Utiliser les plantes pour se soigner, mais lesquelles ?

Pour utiliser des plantes médicinales, nous pouvons les acheter ou les ramasser. Dans les deux cas, il peut s’agir soit de plantes dites sauvages ou de cueillettes, poussant spontanément, un peu partout ou dans les régions bien précises, soit de plantes cultivées

Des difficultés à trouver le sommeil, réveil nocturne, agitation… Pour éviter la prise de somnifères, penchez-vous sur des méthodes douces et naturelles. Certaines plantes se révèlent très efficaces contre les insomnies. Découvrez lesquelles et comment les consommer.

 

Je commence par la plante la plus polémique : le millepertuis

·  Mode d’emploi en usage externe

  • Huile préparée avec : sommités fleuries fraîches de millepertuis 500G huile d’olive 1 litre vin blanc 500g Laisser macérer 5 jours. Faire bouillir au bain marie jusqu’à consomption du vin. Pour imbiber des compresses de gaze (plaies, brûlures, ulcères) En frictions : Névralgies rhumatismales (conserver cette huile dans des petits flacons de 20g pour éviter l’altération qu’entrainent les débouchages répétés)
  • Ou une poignée de plante coupée dans un demi-​litre d’huile. Au bain marie bouillant pendant 2 heures. Passer à travers un linge.
  • En Provence, on fait macérer le millepertuis dans de l’huile d’olive qu’on expose au soleil et à la lune pendant 40 jours pour soigner les brûlures, les ecchymoses, les coups de soleil.
  • Au moyen âge, les blessures de combat (coups de lance, d’épée, étaient soignées à l’aide d’un cataplasme de plante fraîche, directement appliqué dans la plaie.

 

 

Noms communs : millepertuis, herbe de la Saint-Jean.
Nom botanique : Hypericum perforatum, famille des hypéricacées ou clusiacées.

Parties utilisées : sommités fleuries, principalement les fleurs et les jeunes feuilles entourant les inflorescences.
Habitat et origine :
originaire d’Europe. C’est une plante vivace dont la floraison, d’un beau jaune vif, atteint un sommet aux environs de la Saint-Jean (24 juin), moment idéal pour récolter les sommités fleuries. À l’état sauvage, on la trouve dans les prairies sèches, les champs, les terrains abandonnés ou négligés, en bordure des chemins, le long des voies ferrées, etc.

Historique du millepertuis

Bien avant notre ère, les Grecs anciens, fondateurs de la médecine occidentale, connaissaient très bien les propriétés du millepertuis pour le traitement des plaies et des blessures, des infections internes et des troubles névralgiques. A partir de la fin du Moyen Âge, son utilisation pour soigner les troubles psychologiques a pris le pas sur les autres usages.

On considérait alors le millepertuis comme une plante capable de chasser les « mauvais esprits ». Ses sommités fleuries servaient aussi à traiter la névralgie, l’anxiété, la névrose et la dépression. Au XVIIIe siècle et jusqu’au milieu du XXe siècle, les médecins éclectiques américains le prescrivaient dans les cas d’hystérie et de troubles psychosomatiques liés à la dépression. En Allemagne, la plante est aujourd’hui considérée comme un antidépresseur et prescrite sur ordonnance médicale.

Ses propriétés ont depuis été largement été étudiées par les scientifiques, et certaines d'entre elles ont été validées. De plus, les méthodes pharmaceutiques modernes permettent d'en tirer des produits dont les doses de substances actives sont standardisées. 

Le millepertuis possède un effet prouvé sur l'humeur. Toutefois, ses mécanismes d'actions ne sont pas clairement établis. Les sommités fleuries de la plante contiennent un mélange de substances qui serait à l'origine de ses propriétés antidépressives. Il aurait également des propriétés antiseptiques.

L'agence du médicament (Afssaps) reconnaît l'usage du millepertuis dans "les manifestations dépressives légères et transitoires", en tant que "traitement de courte durée des états de tristesse passagère accompagnés de baisse d'intérêt et de troubles de sommeil". Certaines préparations pharmaceutiques à base de cette plante ont donc reçu une autorisation de mise sur le marché. Si elles sont disponibles sans ordonnance, demandez tout de même conseil à votre médecin avant de les utiliser

 

Les herboristes utilisent aussi l’huile de millepertuis pour une foule de maux cutanés : blessures, plaies, ecchymoses, gerçures, érythème fessier, brûlures, etc. Les utilisations en traitement local du millepertuis ne sont pas scientifiquement prouvées.

 

Des pommades ou des huiles à base de cette plante sont toutefois vendues pour soulager les douleurs musculaires, l'érythème fessier du nourrisson, les brûlures légères, etc. On lui prête des propriétés anti-inflammatoires, cicatrisantes et antalgiques.

 

Certaines personnes appliquent cette huile sur la peau pour traiter les ecchymoses et les écorchures, l'inflammation et les douleurs musculaires, les brûlures du premier degré, les plaies, les piqûres d'insectes, les hémorroïdes et les douleurs nerveuses. Mais l'application du millepertuis directement sur la peau est risquée. Il peut provoquer une sensibilité grave au soleil.

 

Une huile de millepertuis "maison"

Pour utiliser la plante en application locale, vous pouvez trouver des pommades qui en contiennent en pharmacie. Si vous tenez à cuisiner une formule "maison", vous pouvez fabriquer vous-même de l'huile de millepertuis. Pour cela, placez une grosse poignée de fleurs dans un récipient en verre transparent, que vous recouvrirez de trois quart de litre d'huile d'olive ou d'amande douce. Fermez le récipient et laissez-le à la lumière du soleil durant un mois. Filtrez l'huile, vous pourrez ensuite l'appliquer sur la peau.

 

Voici ma recette:

Je cueille le millepertuis, au solstice d’été (21 juin), entre 9h et 15h, afin de laisser aux fleurs du jour le temps de s’épanouir et qu’elles ne soient pas encore fanées.

Je ne prélève que les fleurs et non les sommités fleuries entières comme le recommandent certaines recettes.

Je les recueille dans un petit sac en toile et arrivée à la maison, je les mets tout de suite en bocal et je les recouvre d’huile d’olive bio.

Il faut 120g de fleurs pour 1 litre d’huile.Puis je laisse macérer 40 jours aux rayons du soleil et de la lune.

Après filtration, je la mets dans des petits flacons opaques afin que les débouchages et rebouchages successifs n’altèrent pas de trop les vertus de cette huile miraculeuse.

Et je stocke dans un endroit frais à l’abri de la lumière.

Il a d’abord été employé en usage externe pour accélérer la guérison des plaies.

 

L’huile de millepertuis s’obtient en laissant macérer pendant trois ou quatre jours de sommités fleuries fraîches et concassées dans un demi-​litre d’huile d’olive mélangée avec de vin blanc. Faire ensuite bouillir au bain-​marie jusqu’à ce que le vin soit totalement évaporé. L’huile qui reste est d’une belle couleur rouge sang et peut être utilisée en compresses et pansements sur les plaies, les ulcères, les brûlures ainsi que pour calmer les douleurs des artic­u­la­tions et de la goutte (dans ce cas, frictionner), pour cicatriser les blessures légères et les brûlures.

 

Attention, n'appliquez jamais d'huile sur une brûlure ou un coup de soleil récent.

 

Interactions :

Les principes actifs de la plante pris par voie orale peuvent en effet entrer en interaction avec de nombreux médicaments. Environ 70 substances ou familles de substances interagissent avec le millepertuis ! Voici les principales :

 Les antidépresseurs - Les médicaments contre les troubles cardiovasculaires - Les pilules contraceptives -

 Les triptans (médicaments contre la migraine) - Les anticoagulants - Certains anti-inflammatoires -Etc.

Le millepertuis entre également en interaction avec certaines plantes : ginkgo, passiflore, valériane, etc.

Toutes ces substances ne devant jamais être prises avec le millepertuis, il est essentiel d'indiquer à votre médecin et à votre pharmacien tous vos traitements en cours et récents avant d'ingérer la plante.

La France a interdit l'utilisation de produits dérivés du millepertuis. L'interdiction semble être fondée sur les interactions importantes entre le millepertuis et certains médicaments

 

Les informations données sur ce site ne sauraient engager l’auteur et ne sont données qu’à titre informatif. Aussi, consultez un professionnel de la santé pour toute question concernant le millepertuis.

 

La parole est à vous !

Vous avez des recettes de tisanes efficaces contre les petits maux courants ? Vous vous soignez avec les plantes et vous souhaitez nous faire part de votre expérience ? Vous utilisez les plantes médicinales dans la cuisine et connaissez de délicieuses recettes pour les accommoder ? La parole est à vous !